HISTOIRE. Réflexions sur des élucubrations politiques

Publié le par caroline Barraud

Je m'accorde, dans cet article, un droit de réponse de citoyenne à l'annonce faite par le Dirigeant concernant la prise en charge individuelle de la mémoire de tous.
Chacun d'entre nous doit réfléchir à cette déclaration.
 Programmer de faire porter la Mémoire d'un enfant Juif déporté par la conscience d' un enfant d'aujourd'hui, dans le cadre de la classe, pour témoigner de l'Histoire me semble être non seulement une aberration(égarement, folie, erreur) , mais un contresens quant à l'Histoire elle -même.
Depuis quand notre Histoire commune, celle de toutes les races, peuples, pays, nations, celle de tous les hommes se morcellerait-elle à la convenance d'un seul? 
Il ne s'agit pas là de segmenter arbitrairement la mémoire d'un individu dont le destin a été infiniment et cruellement liée au destin de tous les autres.
La Mémoire de l'Histoire est commune, elle est portée par tous.
Quid de la compétence de ceux qui enseignent et témoignent, grâce à un discours réfléchi, prudent et construit, l'Histoire de la Shoah?
 Qu'en est-il des rescapés, témoins, philosophes, historiens qui, eux-mêmes, ont toujours été d'une prudence absolue et digne concernant leurs discours?
Merci Simone Veil d'avoir porté la parole de l'Histoire individuelle en notre nom commun.
Les enfants s'emparent de l'Histoire avec vie, commentent, ignorent, réfléchissent, s'émeuvent au fur et à mesure de leur apprentissage et de leurs confrontations avec le Monde. 
J'ai confiance dans l'humanité de Paul, Alexandre, Pierre, Julien, Justine, Mathilde et tous les autres pour se saisir, quand le temps sera venu, de la mémoire de leurs semblables qui, comme l'Histoire nous le dit,  ont été portés par le même désir de vivre qu'eux et que quelques-uns ont impitoyablement brisé.
L'émotion ne se décrète pas, Monsieur le Président.
Les enfants peuvent vous le dire.

Commenter cet article

Lili 18/02/2008 11:49

Je suis à mille pour cent d'accord avec toi !